Du Street-Art 2.0 en faveur de la protection de l’environnement

15 novembre 2016

Plus de 300 camions remplis de bois, c’est la quantité de bois arrachée chaque jour illégalement sur le territoire d’Almir Narayamoga, chef de la tribu Surui, localisée dans l’État de Rondônia au Brésil.

Afin de donner un véritable écho à cette déforestation, le photographe et street artist Marseillais Philippe Écharoux a ainsi décidé de projeter les visages des membres de la tribu de Narayamoga. Au travers de ce Street-Art 2.0, qui mêle la photographie à la projection, le Français met ici en lumière de manière éphémère et en respect avec l’environnement le lien étroit qui existe entre la forêt et ses habitants : « Quand tu abats un arbre, c’est comme si tu abattais un homme »

philippe-echaroux-the-crying-forest-main

philippe-echaroux-the-crying-forest-4

philippe-echaroux-the-crying-forest-2

philippe-echaroux-the-crying-forest-3

philippe-echaroux-the-crying-forest-5

Pour admirer de plus près le travail du Marseillais, rendez-vous à la galerie Taglialatella au 117 rue de Turenne (Paris), du 10 novembre au 15 décembre 2016 pour l’exposition The Crying Forest où vous pourrez admirer les photographies issues de ces projections vidéos.